Revue de presse

Sessions d’avril de l’Institut de Sécurité Maritime Interrégional (ISMI) : Lutte contre les trafics en mer et préservation de la vie des populations

Le mois d’avril a  été particulièrement prolifique en termes de formation à l’Académie Régionale des Sciences et Techniques de la Mer, notamment à l’Institut de Sécurité Maritime Interrégional.

En effet, la lutte contre les grands trafics courants en haute mer, considérés à juste titre comme des fléaux, car constituant une menace pour la survie des populations ont été les points focaux de deux sessions de séminaires, à savoir « NARCOPS » et « Pêche INN ».

La première session de formation du mois, débutée le 4 avril 2016 s’est centrée sur le séminaire Narcops ou sur la lutte contre le narco trafic dans le golfe de Guinée qui a vu la participation d’éminents experts tels BELL BELL Emmanuel du Centre Interrégional de Coordination (CIC). Il a été ponctué de cours théoriques d’un exercice pratique qui a consisté en la fouille d’un navire en collaboration avec la Marine Nationale Ivoirienne. Cet exercice a permis aux participants d’être en situation réelle et de connaître les moyens mis en œuvre pour la saisie d’un navire suspecté de trafic de drogue : identification, procédures judiciaires à suivre, etc.

M. Simon William MVIBOUDOULOU, magistrat congolais, grâce au stage initié par l’ISMI, a pris la pleine mesure de ce que représente la lutte contre la drogue : « en rentrant dans mon pays, j’ai la possibilité de conseiller les autorités au niveau gouvernemental (…) pour que les textes soient appliqués ».

Les résultats attendus à l’issu du stage sont :

  • D’accompagner les Etats membres de la CEDEAO et de la CEEAC sur l'indispensable adaptation de leur législation aux actes illicites commis en mer, ici le NARCOPS
  • D’améliorer la gouvernance régionale, les échanges entre administrations, le partage de l'information
  • De former les acteurs concernés par les problématiques et en particuliers les juristes (magistrats, procureurs, avocats...)
  • Créer, développer et animer la communauté d'acteurs.

 A la suite du séminaire sur la lutte contre le narco trafic dans le Golfe de Guinée, ce fut le tour du séminaire sur la Pêche illicite non déclarée non réglementée (NDLR : pêche INN) s’est tenu du 25 au 29 avril dans les locaux de l’Académie Régionale des Sciences et Techniques de la Mer (ARSTM).

Devant la trentaine d’auditeurs et experts, Olivier MORNET Chef de projet FSP "Appui à la réforme du secteur de la sécurité maritime dans le Golfe de Guinée" et Conseiller pédagogique à l'Institut de Sécurité Maritime Interrégional (ISMI) estime que « la lutte contre la pêche INN reflète la préoccupation des états africains et permet que les pêcheurs vertueux exercent leur activité en toute légalité ».

A sa suite, M. Jean-Louis TATTY-BOUSSIANA Directeur Général Adjoint de l’Académie, a signifié la profonde gratitude de l’ARSTM. Il a également signifié l’importance de ce séminaire sous régional, car « la pêche INN s’est développée durant ces 20 dernières années et constitue une menace de la survie des populations vivant de la pêche ».

Ce séminaire de haut niveau à mettre à l’actif de l’Institution sous régionale de formation aux métiers de la mer a pour objectifs de :

- Comprendre les stratégies de pêche en vigueur dans les organisations régionales et internationales, analyser la nature de leur lien,

- Comprendre la réglementation internationale en matière de pêche « INN »,

- Rechercher des bonnes pratiques à travers des échanges d’expériences,

- Promouvoir un espace maritime, sûr et propre.

Pour rappel, le séminaire sur la lutte contre la pêche illicite et non déclarée se situe dans le cadre du projet  ASECMAR (Appui au secteur de la sécurité maritime dans le golfe de Guinée) mis en place depuis 2011 et s’inscrit dans le cadre du protocole de Yaoundé. Tout ceci a motivé l’Académie, à travers l’ISMI, à sélectionner des experts de la CEDEAO, en provenance d’Abidjan, Accra, Banjul, Rabat, à savoir :

  • SHEP HELGUILE Directeur de l’aquaculture et des pêches (intervient sur la politique des pêches en Côte d’Ivoire),
  • NDIAGA NGUEYE de la FAO Accra Coordonnateur Régional chargé de l’aquaculture,
  • IBRAHIMA SYLLA de la commission sous régionale des pêches,
  • MOHAMED SADIKI du Maroc, Conseiller chargé des politiques de pêche à la COMHAFAT (Conférence Ministérielle sur la Coopération Halieutique entre les Etats Africains Riverains de l’Océan Atlantique) dont la présentation a permis de mettre en relief la volonté des Etats africains dans la préservation des ressources halieutiques et des populations vivant de la pêche.

En effet, la COMHAFAT créée en 1989, prône "l'approche régionale intégrée en tant qu'outil efficace de lutte contre la pêche illicite et non déclarée" et met tout en œuvre (Suivi, surveillance et contrôle des bateaux de pêche, Harmonisation des politiques, Développement de la recherche scientifique marine, Protection et préservation de l’environnement marin) pour une exploitation durable de ces ressources d’où son leitmotiv : « exploiter aujourd’hui sans compromettre demain ».

Les deux séminaires qui cumulent au total une quarantaine d’auditeurs et d’experts (hauts cadres civils et militaires) ont fermé leurs portes par une cérémonie de remise de certificats de fin de formation. Les auditeurs qui ont été marqués par la qualité des enseignements reçus, seront pour la sous-région, la courroie de transmission permettant la mise en application des normes internationales et sous régionales en vigueur pour juguler les trafics en tout genre en mer.

Service Autonome de la Communication et du Marketing.

Lien : https://www.linkedin.com/pulse/sessions-davril-de-linstitut-s%C3%A9curit%C3%A9-maritime-ismi-lutte-abidjan