• #
  • #
  • #
# # #

Atelier “Pour accélérer l'élimination du travail des enfants dans le secteur de la pêche en Afrique”

27-28 Février 2024 Casablanca, Maroc

Le secteur de la pêche, en tant que pilier économique pour de nombreuses communautés en Afrique, revêt une importance capitale pour la subsistance et le bien-être de milliers de familles. Les rivières, lacs et côtes abondent en ressources aquatiques, constituant une source vitale de nourriture, de revenus et de moyens de subsistance. Cependant, cette dépendance économique sur la pêche expose ces communautés à des défis complexes et souvent négligés, liés à la participation des enfants dans ce secteur.
La réalité du travail des enfants dans la pêche souligne l'impact profond de cette activité sur la vie quotidienne de ces jeunes. Bien que la pêche soit un élément central de la vie économique, elle peut également entraîner une vulnérabilité accrue des enfants, les exposant à des conditions de travail précaires, à des risques pour leur santé et à des barrières éducatives. Ces défis soulèvent des questions cruciales concernant la protection des droits fondamentaux des enfants et la nécessité de construire un avenir durable pour ces communautés.
La participation des enfants dans le secteur de la pêche est souvent enracinée dans des réalités économiques difficiles. Les familles dépendent souvent étroitement des revenus générés par la pêche pour subvenir à leurs besoins fondamentaux, et cette dépendance peut conduire à la nécessité pour les enfants de contribuer activement à ces activités. Les pressions économiques, combinées à un accès limité à d'autres opportunités, créent un contexte où le travail des enfants devient une solution pragmatique, bien que non idéale.
La protection des droits des enfants dans ce contexte devient alors un défi essentiel. Il est impératif de concilier la nécessité économique avec la responsabilité de garantir un environnement sûr et propice au développement des enfants. La question de la durabilité de ces communautés dépendantes de la pêche se pose également avec acuité. Les pratiques qui compromettent le bien-être des enfants risquent de compromettre également la stabilité sociale et économique à long terme de ces régions.
Ainsi, la compréhension de cette dynamique complexe dans le secteur de la pêche en Afrique nécessite une approche holistique. La mise en œuvre de politiques et de pratiques qui concilient la nécessité économique avec le respect des droits des enfants est essentielle. Des initiatives visant à diversifier les sources de revenus, à améliorer l'accès à l'éducation et à sensibiliser les communautés à l'importance de protéger leurs enfants sont des éléments clés pour construire un avenir durable et équilibré pour ces communautés.

Causes du Travail des Enfants dans la Pêche :
La pauvreté, en tant que force motrice, exerce une pression écrasante sur de nombreuses familles en Afrique, les contraignant souvent à prendre des décisions difficiles pour garantir leur subsistance quotidienne. Lorsque les ressources financières sont limitées et que les perspectives d'emploi alternatives sont rares, les familles se tournent fréquemment vers le secteur de la pêche comme moyen de compléter leurs revenus. Cette réalité difficile met en lumière la nature complexe et souvent désespérée des choix auxquels sont confrontées ces communautés.
Le manque d'accès à l'éducation aggrave considérablement cette situation. Dans de nombreuses régions, les obstacles à l'éducation, tels que l'absence d'écoles adéquates, les coûts associés à la scolarité, et parfois les normes sociales prévalant dans certaines communautés, font de l'éducation un luxe difficilement accessible pour de nombreux enfants. Cette privation d'éducation engendre un cercle vicieux où les opportunités d'améliorer les conditions de vie sont limitées, car l'accès à l'éducation est souvent le levier essentiel pour briser le cycle de la pauvreté.
Les pressions économiques exacerbent cette dynamique en forçant les familles à prendre des décisions pragmatiques pour survivre au quotidien. Dans ce contexte, le secteur de la pêche apparaît comme une solution immédiate, offrant des possibilités de revenus réguliers, même si cela signifie parfois impliquer les enfants dans le travail. Les enfants deviennent ainsi des acteurs essentiels dans la contribution aux moyens de subsistance familiaux, une situation souvent acceptée par nécessité plutôt que par choix.
Cependant, cette solution pragmatique engendre des conséquences à long terme. En privant les enfants d'une éducation formelle, on limite leurs opportunités futures et on perpétue le cycle de la pauvreté au sein de la communauté. Le manque d'éducation peut également les rendre plus vulnérables à l'exploitation et aux abus, créant ainsi un cercle vicieux difficile à briser sans interventions ciblées.
Pour rompre ce cercle vicieux, des approches holistiques sont nécessaires. Cela inclut la mise en place de programmes d'éducation accessibles, la sensibilisation des communautés sur l'importance de l'éducation, ainsi que la création d'opportunités économiques alternatives pour les familles. Il est impératif d'adopter une approche équilibrée qui adresse simultanément les aspects éducatifs et économiques afin de briser le lien entre la pauvreté et le travail des enfants dans le secteur de la pêche, ouvrant ainsi la voie à un avenir plus prometteur pour ces communautés.

Conséquences sur les Enfants et la Société :
Les conséquences du travail des enfants dans la pêche sont multidimensionnelles. Sur le plan individuel, cela compromet la santé, l'éducation et le développement psychosocial des enfants. À l'échelle sociétale, cela peut contribuer à la perpétuation du cycle de la pauvreté, engendrant une population moins éduquée et plus vulnérable.

Approches d'Atténuation :
Pour aborder le problème complexe du travail des enfants dans le secteur de la pêche en Afrique, des mesures intégrées et cohérentes sont indispensables. Ces mesures doivent englober divers aspects du problème et s'attaquer aux racines profondes qui le nourrissent.
En premier lieu, il est impératif de renforcer et de mettre en œuvre des réglementations nationales et internationales strictes pour interdire le travail des enfants dans le secteur de la pêche. Cela nécessite une collaboration étroite entre les gouvernements, les organismes internationaux et les parties prenantes locales. Le renforcement des lois existantes, ou la création de nouvelles législations là où elles font défaut, doit être soutenu par des mécanismes de mise en application efficaces. Ceci garantira que les entreprises et les individus impliqués dans le travail des enfants soient tenus responsables de leurs actions. L'harmonisation des réglementations au niveau international est également cruciale pour prévenir les pratiques exploitatives qui pourraient simplement se déplacer d'une région à une autre.
Parallèlement à la réglementation stricte, des initiatives visant à améliorer l'accès à l'éducation sont d'une importance capitale. Cela inclut la création et le soutien financier d'écoles adaptées aux besoins locaux, la fourniture de matériel éducatif, et l'instauration de programmes incitatifs pour encourager la fréquentation scolaire. Il est essentiel de reconnaître que l'éducation est un outil puissant pour briser le cycle de la pauvreté et émanciper les générations futures. En investissant dans l'éducation, on offre aux enfants la possibilité de développer leurs compétences et d'aspirer à des opportunités qui vont au-delà des contraintes économiques immédiates.
La sensibilisation des communautés est un autre volet essentiel de cette approche intégrée. Informer les familles sur les conséquences néfastes du travail des enfants et sur les alternatives disponibles peut changer les mentalités. Les campagnes de sensibilisation peuvent également jouer un rôle crucial en mettant en lumière les droits des enfants et en promouvant une culture où l'éducation est valorisée au même titre que le travail. En impliquant activement les membres de la communauté dans ces campagnes, on renforce le sentiment d'appropriation et d'engagement envers des pratiques plus éthiques.
Enfin, offrir un soutien aux familles vulnérables est indispensable. Cela peut prendre la forme de programmes de développement économique visant à diversifier les sources de revenus familiaux, réduisant ainsi la pression qui pousse les enfants à travailler. Les initiatives de protection sociale, telles que les filets de sécurité sociale, peuvent également jouer un rôle crucial en offrant un soutien financier direct aux familles les plus démunies.
En combinant ces différentes approches, il est possible de créer un élan positif vers l'élimination du travail des enfants dans le secteur de la pêche en Afrique. Cette démarche intégrée reconnaît la complexité du problème et s'efforce d'adresser ses multiples facettes pour assurer un changement durable au sein de ces communautés vulnérables.
Dans ce sens la COMHAFAT organise un atelier dédié à cette problématique intitulé : ‘’Pour accélérer l'élimination du travail des enfants dans le secteur de la pêche en Afrique’’
L’objectif de cet atelier est de réunir les représentants des pays membres, les organisations internationales et régionales, les ONG la société civile ainsi que des experts et personnes ressources pour débattre de manière riche et pertinente sur les moyens de lutte contre le travail des enfants et promouvoir le travail décent dans les chaînes d’approvisionnement, en particulier en Afrique, en adoptant une approche systémique pour éliminer le travail des enfants à la racine en renforçant les mécanismes existants à plusieurs niveaux de gouvernance notamment :
1. l’amélioration des Activités de sensibilisation et produits de communication destinés aux acteurs du secteur de la pêche pour une meilleure gouvernance ;
2. Renforcement des capacités et opportunités d’apprentissage pour les acteurs de la pêche sur la prévention du travail des enfants et la promotion de l’emploi des jeunes ;
3. le développement des documents d’information et d’orientation pour les acteurs sélectionnés de la pêche afin de renforcer les bonnes pratiques en matière de lutte contre le travail des enfants ;
4. l’organisation de consultations régionales entre acteurs agricoles sur le thème du travail des enfants dans la pêche ;
6. Le développement des produits de connaissances sur des thèmes spécifiques liés au travail des enfants dans le secteur de la pêche.
En mettant en œuvre cet engagement d’action, davantage d’acteurs dans le secteur de la pêche et de l’aquaculture seront conscients, informés, capables et déterminés à tirer parti des opportunités pour contribuer à la réduction du travail des enfants dans la pêche.
L’atelier se déroulera autour des sessions suivantes :

Session I : Aperçu de La prévalence du travail des enfants dans les secteurs de la pêche et de l’aquaculture en Afrique
La prévalence du travail des enfants en Afrique a toujours été élevée, oscillant autour de 20 % de l’ensemble du travail des enfants dans le monde). Toutefois, selon les dernières données, l’Afrique subsaharienne est la région où la prévalence du travail des enfants est la plus élevée et où le nombre d’enfants qui travaillent est le plus important, soit 23,9 % ou 86,6 millions d’enfants âgés de 5 à 17 ans.
En effet, il y a maintenant plus d’enfants qui travaillent en Afrique subsaharienne que dans le reste du monde combiné. Il est évident que les objectifs mondiaux en matière de travail des enfants ne seront pas atteints sans une percée dans cette région

Session II : Efforts et initiatives internationales et régionales pour la lutte contre le travail des enfants dans le secteur de la pêche et de l’aquaculture
• Les orientations conjointes de la FAO et de l’OIT pour la lutte contre le travail des enfants dans le secteur de la pêche et de l’aquaculture
• L’année internationale pour l’élimination du travail des enfants, 2021
• L’engagement de l’Union Africaine pour éradiquer le travail des enfants

Session III : Etat des lieux des législations nationales des pays de la COMHAFAT en matière de lutte contre le travail des enfants dans le secteur de la pêche et de l’aquaculture
Les gouvernements sont en première ligne pour mettre fin au travail des enfants dans l’agriculture en commençant par renforcer la protection sociale. En protégeant les ménages de l’extrême pauvreté, les parents pourraient s’abstenir d’envoyer leurs enfants travailler pour des raisons économiques et, ce faisant, augmenter les chances des enfants de poursuivre leur parcours éducatif (HCDH, 2022).

Session IV : Vers la promotion d’une visibilité des droits de l’enfant à tous les niveaux de la société
La lutte contre le travail des enfants dans le secteur de la pêche en Afrique est une entreprise complexe qui nécessite une collaboration étroite et coordonnée entre diverses parties prenantes. Chacune de ces parties a un rôle crucial à jouer pour garantir des changements significatifs et durables.
Les gouvernements occupent une position centrale dans cette lutte. Ils sont responsables de l'élaboration, de la mise en œuvre et de l'application de politiques efficaces qui interdisent le travail des enfants dans le secteur de la pêche. Cela implique également la création de mécanismes de surveillance et de sanctions pour garantir la conformité. Les gouvernements ont également un rôle crucial dans la promotion de l'éducation en facilitant l'accès à des programmes éducatifs de qualité et en mettant en place des incitations pour encourager la scolarisation des enfants.
Les organisations non gouvernementales (ONG) jouent un rôle essentiel en tant que défenseurs des droits de l'enfant et en tant que moteurs du changement social. Les ONG peuvent fournir un appui sur le terrain en identifiant les cas de travail des enfants, en offrant des services de sensibilisation aux communautés et en plaidant en faveur de politiques plus robustes au niveau national et international. Leur capacité à mobiliser des ressources et à opérer de manière agile leur permet de répondre rapidement aux besoins spécifiques des communautés touchées.
Les entreprises ont également une responsabilité importante dans la lutte contre le travail des enfants. Cela commence par la mise en œuvre de pratiques commerciales éthiques qui rejettent toute forme de travail des enfants dans leurs chaînes d'approvisionnement. Les entreprises peuvent également contribuer financièrement aux initiatives éducatives et de développement social dans les communautés où elles opèrent, créant ainsi un impact positif à long terme.
Les syndicats peuvent jouer un rôle clé en défendant les droits des travailleurs, y compris les enfants. Ils peuvent travailler en partenariat avec les entreprises pour veiller à ce que les conditions de travail respectent les normes éthiques et légales. Les syndicats peuvent également plaider en faveur de salaires équitables et de meilleures conditions de travail, réduisant ainsi la pression économique sur les familles qui peut conduire au travail des enfants.
Enfin, l'implication des communautés locales est fondamentale. Les communautés sont souvent les mieux placées pour comprendre les dynamiques locales, les défis spécifiques et les solutions adaptées à leur contexte. L'autonomisation des communautés à travers des programmes de sensibilisation, d'éducation et de développement économique renforce leur capacité à protéger leurs enfants et à rejeter le travail des enfants comme une norme sociale acceptée.
En somme, la lutte contre le travail des enfants dans le secteur de la pêche en Afrique nécessite une collaboration harmonieuse et cohérente entre les gouvernements, les ONG, les entreprises, les syndicats et les communautés locales. Chacun de ces acteurs à un rôle distinct mais interconnecté, et c'est en unissant leurs forces qu'ils peuvent créer des solutions durables et adaptées à chaque contexte.

Conclusion :
En conclusion, l'adoption d'approches intégrées est impérative pour faire des progrès significatifs dans la lutte contre le travail des enfants dans le secteur de la pêche en Afrique. Cette nécessité découle de la complexité inhérente à ce problème, qui est intrinsèquement lié à des facteurs socio-économiques, éducatifs et culturels profondément enracinés. En combinant diverses stratégies, il devient possible d'adresser ces multiples dimensions et de construire un avenir plus prometteur pour les enfants et les communautés touchées.
L'approche intégrée commence par la mise en place et le renforcement de cadres juridiques solides, tant au niveau national qu'international, visant à interdire strictement le travail des enfants dans le secteur de la pêche. Cependant, la réglementation seule ne suffit pas. Il est essentiel de compléter ces mesures par des initiatives axées sur le renforcement des systèmes éducatifs. L'accès à une éducation de qualité, adaptée aux besoins locaux, devient une arme puissante pour briser le cycle de la pauvreté et du travail des enfants. Cela permet non seulement aux enfants de développer leurs compétences, mais également de changer les perspectives de toute la communauté en offrant des horizons plus vastes.
La sensibilisation des communautés joue un rôle crucial dans cette approche intégrée. Il est impératif de changer les mentalités et de remettre en question les normes sociales acceptant le travail des enfants comme une pratique inévitable. Des campagnes de sensibilisation ciblées peuvent éclairer les conséquences néfastes de cette pratique, mobiliser le soutien local et renforcer la résistance communautaire contre le travail des enfants.
Parallèlement, des programmes de soutien aux familles vulnérables, axés sur le développement économique et la création d'alternatives aux activités génératrices de revenus impliquant les enfants, sont essentiels. Ces initiatives visent à réduire la pression économique sur les familles, les libérant ainsi de la nécessité de recourir au travail des enfants pour subvenir à leurs besoins